Dépression postpartum

La vie après bébé: souffrez-vous de dépression post-partum?

Par la D re Danielle Grenier 

Q: Comment savoir si je souffre de dépression post-partum? Si c'est le cas, cela affectera-t-il mon bébé?

R: La dépression est une maladie qui affecte la manière dont les personnes pensent, agissent et se sentent. Environ 6 % des femmes en éprouvent à un moment de leur vie. Cette proportion augmente à environ 10 % pour les femmes enceintes, soit une sur 10.

Les femmes sont plus susceptibles d'être atteintes de dépression pendant la grossesse et les mois et semaines qui suivent l'accouchement. Pendant la grossesse, des changements hormonaux peuvent affecter l'équilibre chimique du cerveau et causer de la dépression et de l'anxiété. Parfois, les femmes enceintes ne se rendent pas compte qu'elles sont déprimées. Il est possible qu'elles pensent qu'il ne s'agit que de symptômes de la grossesse ou du syndrome du 3e jour (le « baby blues »), que nombre d'entre elles vivent juste après l'accouchement.

Il est aussi important de savoir que jusqu'à 10 % des pères sont aussi atteints de la dépression post-partum après la naissance d'un enfant. La bonne nouvelle est que des traitements existent. Parlez à votre médecin si vous expérimentez le moindre des signes suivants. Communiquez-les à votre partenaire et à votre famille afin qu'ils en soient conscients. Si vous n'obtenez pas d'aide, la dépression peut vous causer des problèmes, ainsi qu'à votre bébé ou à votre enfant.

La dépression peut être progressive. Les symptômes diffèrent pour chacun et peuvent être légers, modérés ou graves. Voici les signes les plus communs:

  • changements de l'appétit: trop manger ou se désintéresser de la nourriture
  • changements du sommeil: troubles de l'insomnie ou sommeil excessif
  • manque d'énergie
  • sentiments de tristesse, de désespoir ou de dévalorisation
  • pleurs sans raison
  • perte d'intérêt ou de plaisir pour des activités que vous aimez habituellement

Les nouvelles mères qui souffrent de dépression peuvent avoir des difficultés à prendre soin de leur bébé. Elles peuvent même ne pas vouloir passer de temps avec le bébé, ce qui peut causer des pleurs excessifs chez ce dernier.

Si vous souffrez de dépression pendant votre grossesse, il est possible que vous ayez du mal à prendre soin de vous-même.

Autres conséquences possibles de la dépression pendant la grossesse:

  • fausse-couche
  • accouchement avant la date prévue (prématuré)
  • accouchement d'un petit bébé (faible poids à la naissance)

Le syndrome du 3e jour est une forme légère de dépression que plusieurs nouvelles mères expérimentent. Les symptômes se déclenchent habituellement de 1 à 3 jours après l'accouchement et peuvent durer de 10 jours à quelques semaines. Avec le syndrome du 3e jour, beaucoup de femmes éprouvent des sautes d'humeur et passent de la joie aux pleurs en un instant. Cela peut s'accompagner d'anxiété, de confusion ou de troubles de l'appétit ou du sommeil. Jusqu'à 80 % des nouvelles mères souffrent du syndrome du 3e jour. Il s'agit d'un phénomène répandu qui se résorbe par lui-même.

Si la dépression pendant la grossesse n'est pas traitée, elle peut engendrer de la dépression post-partum, un trouble grave qui peut persister des mois après l'accouchement. Environ 13 % des nouvelles mères expérimentent la dépression post-partum. Les risques sont accrus s'il existe un historique de dépression dans votre famille si vous en avez déjà souffert. La maladie peut affecter votre santé et la formation du lien affectif avec votre bébé.

Voici certains des symptômes:

  • sentiment d'être incapable de prendre soin de son bébé
  • anxiété extrême ou crises de panique
  • difficulté à prendre des décisions
  • sentiment aigu de tristesse
  • sentiment de désespoir
  • sentiment de perte de maîtrise de soi

Personne ne connaît les causes exactes de la dépression post-partum. Si vous pensez expérimenter des symptômes, il est important d'obtenir immédiatement de l'aide. Il est nécessaire de traiter la dépression post-partum. Parlez-en à votre médecin ou appelez votre service local de santé publique.

La dépression est une maladie traitable. Mais si elle n'est pas traitée, cela affectera vos enfants. Les mères qui souffrent de dépression ont du mal à prendre soin de leurs enfants. D'une minute à l'autre, elles peuvent passer de mère aimante à personne renfermée. Il est possible qu'elles ne répondent pas à leurs enfants, ou leur répondent de manière négative. Vos sentiments et votre comportement affectent votre aptitude à prendre soin de vos enfants.

La dépression peut également nuire au lien d'attachement, qui est important au développement de votre enfant. L'attachement est un profond lien émotionnel qu'un bébé forme avec la personne qui en prend principalement soin (habituellement la mère). Un attachement solide se forme de manière naturelle. Une mère répond aux pleurs de son bébé, comble les besoins qu'elle perçoit - alimentation, changement de couche, contact humain. L'attachement aide à protéger du stress et est une part importante de la santé émotionnelle à long terme d'un bébé. Le lien procure au bébé un sentiment de sécurité et l'aide à apprendre à faire confiance aux autres.

Si vous êtes déprimée, il est possible que vous éprouviez des difficultés à vous montrer aimante et attentionnée en tout temps à l'égard de votre bébé. Cela peut engendrer un lien d'attachement insécurisant, qui peut occasionner des problèmes plus tard pendant l'enfance. L'impact de la dépression d'une mère sur son enfant dépend de l'âge de ce dernier.

Conséquences possibles pour les bébés qui n'arrivent pas à tisser un lien d'attachement:

  • problèmes à interagir avec la mère (ils ne veulent pas être avec leur mère ou sont contrariés en sa présence)
  • troubles du sommeil
  • délais dans le développement
  • tendance accrue aux coliques
  • attitude effacée ou passive
  • par rapport à d'autres bébés, retard dans l'acquisition d'aptitudes ou d'étapes du développement

Conséquences possibles de la dépression de la mère sur les tout-petits et les enfants d'âge préscolaire:

  • comportement moins indépendant
  • réticences à interagir avec les autres
  • difficultés à accepter la discipline
  • comportement plus agressif et plus destructif
  • difficultés à l'école

Conséquences possibles sur les enfants d'âge scolaire:

  • troubles du comportement
  • difficultés d'apprentissage
  • fréquence plus élevée des troubles d'hyperactivité avec déficit de l'attention (THADA)
  • difficultés à l'école ou susceptibilité accrue à l'anxiété, à la dépression et à d'autres troubles de santé mentale

Avec des traitements, la plupart des personnes se remettent de la dépression. Voici des exemples de traitements:

Médication: Les médicaments les plus utilisés pour traiter la dépression sont les inhibiteurs spécifiques du recaptage de la sérotonine et les antidépresseurs tricycliques.

Thérapie individuelle: Discuter en privé avec un psychologue, un psychiatre, un travailleur social ou un autre professionnel de la santé mentale.

Thérapie de famille: Avec votre partenaire ou votre enfant. Peut aider lorsque les enfants ont atteint un certain âge.

Soutien social: Services communautaires ou formations pour les parents.

La D re Danielle Grenier pratique en pédiatrie générale dans la région d'Ottawa. Elle est directrice des affaires médicales pour la Société canadienne de pédiatrie.

Pour obtenir des renseignements additionnels sur la croissance et le développement de votre enfant, consultez des experts canadiens de la pédiatrie au www.soinsdenosenfants.cps.ca.

Que pouvez-vous faire?

  • Rappelez-vous que ce n'est pas votre faute. Il est normal que vous vous sentiez ainsi, et vous n'êtes pas seule.
  • parlez de vos sentiments avec votre partenaire et votre famille
  • n'essayez pas de tout faire toute seule. Demandez de l'aide
  • Prenez soin de vous. Reposez-vous quand votre bébé dort. Essayez de dormir le plus possible. Mangez sainement et faites de l'activité physique.
  • Allez chercher de l'aide. Joignez-vous au groupe de soutien « M.O.M.S. » (page en Anglais seulement) ou participez à des séances de counseling.
  • discutez avec votre médecin des médicaments que vous pourriez prendre
  • téléphonez à la Ligne info-santé publique Ottawa au 613-580-6744, poste 28030 / sans frais: 1 866 426-8885
  • téléphonez au Centre de détresse d'Ottawa et la région (page en Anglais seulement)  au 613-238-3311. Offre de l'appui immédiat 24 heures sur 24.

Avez-vous d'autres questions?

  • Communiquez avec une infirmière en santé publique. Contactez le centre d'information santé publique Ottawa au 613-PARENTS [613-727-3687] (ATS : 613-580-9656) ou par courriel à EtreParentaOttawa@ottawa.ca

Contactez Nous