L'image corporelle et l'estime de soi

L'image corporelle et l'estime de soi 

La santé et le bien-être d'un enfant passent par une image corporelle positive et une bonne estime de soi. Les médias, l'entourage et la culture populaire exercent tous une influence sur l'image corporelle. De nos jours, les enfants et les adolescents sont bombardés de représentations de corps minces et musclés censés incarner l'idéal de beauté, d'élégance et de masculinité. La télévision, les magazines, les films et les médias sociaux débordent de ce type d'image.

L'exposition répétée à ces images de beauté est liée à une image corporelle négative et à la croyance que notre corps n'est pas adéquat. Ces perceptions peuvent miner l'estime de soi de votre enfant et avoir des conséquences néfastes sur sa santé mentale et son bien-être.

Malheureusement, de nombreux enfants et adolescents ont une image corporelle négative et une faible estime de soi, et le phénomène est en hausse. Dans certains cas, ces sentiments peuvent avoir des répercussions tout le long de la vie, et pas seulement durant l'enfance et l'adolescence. Les parents peuvent aider leurs enfants à développer une image corporelle positive à n'importe quel âge; il n'est jamais trop tard pour commencer. D'ailleurs, selon une étude du Centre hospitalier pour enfants de l'est de l'Ontario (CHEO) et du Royal, environ 30 % des jeunes de 10 à 14 ans suivent un régime alimentaire.

Image corporelle et l'estime de soi
Image corporelle
L'image corporelle est l'attitude qu'a un enfant à l'égard de son corps : sa perception de lui-même lorsqu'il se regarde dans un miroir, son opinion sur son apparence et la façon dont il croit être perçu par les autres. La société, les médias et l'attitude véhiculée par la famille et les pairs ont tous une influence sur cette attitude.

Une personne qui a une image corporelle positive:

  • accepte son apparence sans tenter de modifier son corps pour le faire correspondre à un idéal;
  • accorde de la valeur à son apparence en misant sur les qualités et les forces qui lui procurent un sentiment de bien-être, sans s'arrêter au poids, à la silhouette ou à l'apparence;
  • résiste à la pression d'avoir le corps «parfait» véhiculé dans les médias, sur Internet et dans la société;
  • ne s'attarde pas outre mesure à l'alimentation, au poids ou aux calories;
  • ne juge pas les autres en fonction de leur poids, de leur silhouette ou de leurs habitudes alimentaires ou d'exercice;
  • comprend que l'apparence physique d'une personne ne reflète en rien sa personnalité ou sa valeur;
  • se sent à l'aise et confiant dans son corps.

Une personne qui a une image corporelle négative:

  • croit que son apparence la définit en tant que personne;
  • entretient des pensées négatives sur son corps et se compare constamment aux autres;
  • a une vision déformée de son corps, c'est-à-dire qu'elle ne voit pas certaines parties telles qu'elles sont;
  • est obsédée par l'idée d'avoir une taille et une silhouette qui correspondent à l'idéal véhiculé dans sa famille, la société ou les médias;
  • est convaincue que seuls les autres sont attirants et que son poids et sa silhouette reflètent un échec personnel;
  • ressent de la honte, de la gêne et de l'anxiété relativement à son corps;
  • se sent mal à l'aise et embarrassée dans son corps.
L'estime de soi
L'estime de soi est la valeur et le respect que s'accorde un enfant. C'est donc la perception qu'il a de lui-même en tant que personne, au-delà de la simple dimension physique, son opinion sur les différents aspects qui font de lui qui il est. L'estime de soi influence la façon qu'a une personne de prendre soin d'elle sur les plans émotif, physique et spirituel.

Une personne qui a une bonne estime de soi :

  • s'accorde de la valeur;
  • sait qu'elle mérite le respect et l'attention de sa part et de celle des autres;
  • sait qu'elle est digne d'amour, capable et unique;
  • connaît ses forces et ses capacités, et sait les mettre en valeur;
  • a une attitude positive;
  • est satisfaite d'elle-même la plupart du temps - il est tout à fait normal de traverser des moments difficiles de temps à autre;
  • se fixe des objectifs réalistes.

Une personne qui a une faible estime de soi :

  • se déprécie et accorde peu de valeur à ses opinions et à ses idées;
  • craint constamment de ne pas être à la hauteur;
  • s'arrête à ses faiblesses et à ses défauts, et accorde très peu d'importance à ses habiletés et à ses forces;
  • croit que les autres sont plus capables et réussissent mieux qu'eux;
  • peut être incapable de recevoir des compliments ou des commentaires positifs;
  • peut avoir peur de l'échec et s'empêcher d'essayer de nouvelles choses.

L'estime de soi ne se résume pas à voir ses qualités. Il s'agit d'être conscient de toutes ses caractéristiques - les bonnes et les moins bonnes - de les accepter et de faire de son mieux avec ce que l'on a. Une personne qui a une bonne estime de soi ne se rabaisse pas quand elle fait une erreur et se sait à la hauteur, même lorsqu'elle vit des émotions ou une situation difficiles.

 

Facteurs influençant l'image corporelle et l'estime de soi
 

Différents facteurs peuvent influencer notre perception de nous-mêmes et de notre corps. Nous avons du pouvoir sur certains d'entre eux. Par ailleurs, les gens n'ont pas tous la même susceptibilité à ces facteurs. Notre façon de réagir contribue au développement de notre estime de soi et de notre image corporelle.

Facteurs personnels

Âge

Les pensées et les sentiments à l'égard du corps apparaissent à la fin de l'enfance et au début de l'adolescence. Cependant, les personnes de tous âges peuvent avoir une image corporelle négative.

Sexe

Les jeunes filles sont plus à risque de développer une image corporelle négative que les garçons du même âge. Cependant, ces problèmes touchent de plus en plus de garçons.

Taille

Les enfants et les adolescents qui ont ou croient avoir un surplus de poids (que ce soit le cas ou non) sont plus à risque de développer une image corporelle négative.

Facteurs sociaux

Société et culture

En raison des normes et des valeurs véhiculées dans la société, les garçons et les jeunes hommes hésitent à parler de sentiments négatifs à l'égard de leur corps et à chercher à obtenir du soutien. Il y a donc souvent sous déclaration des problèmes d'image corporelle chez les garçons. Ceux-ci se font dire dès le plus jeune âge qu'un homme doit être fort, ce qui leur laisse croire qu'ils doivent être musclés.

Le poids est le premier motif d'intimidation à l'école. Les personnes qui en sont victimes peuvent développer des problèmes d'image corporelle et affecter leur confience et estime de soi. En effet, les enfants qui subissent les moqueries des autres ou se font intimider en raison de leur apparence, de leur poids ou de leur silhouette sont plus susceptibles de développer une image corporelle négative.

Industrie de la mode et de la beauté

Chaque jour, nous sommes bombardés d'images de corps « parfaits » par l'industrie de la beauté, de la mode, des produits amaigrissants et de la mise en forme. De nombreux jeunes se comparent à ces publicités, ce qui peut nuire à leur estime de soi et à leur image corporelle.

  • De nombreuses adolescentes consultent des sites Web ou des magazines féminins pour avoir des conseils de maquillage et de mode.
  • De nombreux adolescents consultent des sites Web ou des magazines de mise en forme et de musculation pour avoir des conseils de santé, de mise en forme et de mode.

Médias

Les messages et les images qui circulent sur Internet, sur les médias sociaux, à la télévision, à la radio et dans les jeux vidéo influencent notre perception de nous-mêmes et des autres. Ils peuvent nous amener à changer notre apparence et notre façon de nous habiller, de manger et d'agir. Les adolescents se comparent à ces images et forment en partie leur identité en fonction d'elles.

Milieu du sport

L'idéal de beauté actuel, soit d'être mince et musclé, s'observe chez les athlètes, les mannequins et les acteurs, tant chez les hommes que les femmes. Les adolescents peuvent vouloir reproduire cette nouvelle « norme » et tenter d'avoir une apparence athlétique en posant des gestes néfastes pour leur santé, par exemple :

  • faire trop d'exercice;
  • suivre des régimes à répétition, éliminer certains groupes alimentaires ou ne jurer que par l'« alimentation naturelle » (extrêmement axé sur l'alimentation santé a tout moment) - il pourrait s'agir d'un symptôme d'un;
  • prendre des protéines en poudre, des suppléments ou des stéroïdes.

L'activité physique est une excellente façon pour les adolescents de se sentir mieux dans leur peau et dans leur corps. Par contre, il y a lieu de s'inquiéter si un jeune s'entraîne dans le seul but d'avoir un corps musclé et prend des mesures extrêmes. Il est possible qu'un adolescent ressente la pression de son entraîneur et de ses coéquipiers pour prendre du muscle et perdre du gras, alors que ce n'est souvent pas possible. En fait, seuls 1 à 2 % de la population aurait une constitution naturellement mince, conforme à l'« idéal » véhiculé dans les médias.

Entourage

Les adolescents se tournent vers leur famille pour se faire une idée de la bonne façon d'agir et de se présenter.

  • Établissez une relation solide avec votre enfant; la bonne communication et la baisse des tensions familiales l'aideront à développer une image corporelle positive. Vous pourrez aussi lui poser des questions sur ce qu'il ressent et savoir ce qui se passe dans sa vie.
  • Les enfants dont les parents les incitent à être minces ou qui se sentent jugées par eux en raison de leur poids ou de leur silhouette sont plus susceptibles d'avoir une image corporelle négative et de suivre des régimes.
  • Les enfants qui sentent que leur famille accepte leur apparence et leur corps sont plus susceptibles de développer une image corporelle positive.
  • La relation des parents avec leur image corporelle a un impacte sur celle des enfants. Les sentiments négatifs des parents à l'égard de leur propre corps et leurs préoccupations sur leur poids peuvent avoir un impact sur l'image corporelle de leur enfants.
  • Le fait que vous parliez de régime et de façons de prendre ou de perdre du poids ainsi que les taquineries sur l'apparence ou le poids peuvent entraîner un problème d'image corporelle.
Conséquences d'une image corporelle négative

Une image corporelle négative peut avoir de nombreuses répercussions physiques et mentales sur les enfants et les adolescents. Ces effets peuvent être profonds et complexes, vu la quantité de facteurs impliqués.

Défis de santé mentale
Une image corporelle négative et une faible estime de soi sont liées à différents problèmes de santé mentale se répercutant sur le corps, tels que la dépression, les régimes amaigrissants malsains, les troubles de l'alimentation, les actes autodestructeurs et l'abus de drogue ou d'alcool.

L'image corporelle et l'estime de soi ont une influence directe l'une sur l'autre ainsi que sur les sentiments, les pensées et les actions d'une personne. Un adolescent qui n'aime pas son corps ou une partie de son corps (image corporelle négative) aura de la difficulté à avoir une vision positive de sa personne (bonne estime de soi). L'inverse est aussi vrai. Une personne qui s'accorde peu de valeur (faible estime de soi) aura de la difficulté à voir ses qualités et à donner à son corps le respect qu'il mérite (image corporelle positive).


Le diagramme ci-dessous montre l'influence bénéfique d'une image corporelle positive et d'une bonne estime de soi sur la santé mentale :

Source: Body Image, Self-Esteem and Mental health, heretohelp, 2015

 

Ce ne sont là que quelques exemples. Avoir une image corporelle positive, une bonne estime de soi et une bonne santé mentale, ça ne veut pas dire qu'on se sent heureux en tout temps. Il est plutôt question de respect de soi et des autres, de réalisme et d'adoption de comportements sains pour surmonter les difficultés.


Le diagramme ci-dessous montre l'incidence néfaste d'une image corporelle négative et d'une faible estime de soi sur la santé mentale :

 

Source: Body Image, Self-Esteem and Mental health, heretohelp, 2015

 

Comme on peut le voir, le problème est que lorsqu'une personne ne voit que les lacunes ou les problèmes dans une situation ou une partie de sa vie, elle tend à voir aussi le négatif dans toutes les autres situations. Une pensée négative ne vient jamais seule!

Comportements alimentaires inappropriés

On parle de comportement alimentaire inapproprié lorsqu'une personne présente certains symptômes d'un trouble de l'alimentation, mais de façon plus sporadique ou dans une mesure moindre, de sorte qu'un professionnel de la santé ne diagnostiquerait pas un problème d'anorexie, de boulimie ou de frénésie alimentaire. Ces comportements comprennent notamment une préoccupation à l'égard du poids, de la silhouette ou de la taille, la recherche de la perfection, les régimes à répétition, l'élimination de certains groupes alimentaires sans raison médicale (p. ex., une allergie), la pratique excessive d'exercice, le jeûne ou la restriction alimentaire, l'hyperphagie compulsive, la purge, l'usage de stéroïdes et l'abus de laxatifs. Ils peuvent survenir occasionnellement ou à des moments précis de la vie de votre enfant, par exemple lors d'une situation stressante ou d'une maladie, ou à l'approche d'une compétition sportive. Cependant, si ces comportements se poursuivent pendant une longue période et commencent à nuire à la routine et aux activités quotidiennes de votre enfant, ou s'il s'en sert pour gérer des émotions intenses, ils pourraient dégénérer. D'ailleurs, les personnes présentant ce type de comportement sont plus susceptibles de développer un trouble de l'alimentation.

Source: Body Image, Self-Esteem and Mental health, heretohelp, 2015

 

Qui peut souffrir d'un trouble de l'alimentation?
Personne n'est à l'abri, peu importe l'âge, le sexe, le vécu ou la culture. Cependant, certains facteurs peuvent rendre une personne plus vulnérable que d'autres, notamment :
  • une prédisposition génétique
  • la présence d'un trouble de santé mentale, comme l'anxiété ou la dépression
  • une faible estime de soi ou une image corporelle négative
  • le perfectionnisme
  • une difficulté à gérer le stress
  • l'absence d'un réseau de soutien adéquat

Bien que les médias projettent souvent des idéaux de beauté irréalistes (des corps très minces ou très musclés) cette pression ne peut provoquer à elle seule un trouble de l'alimentation. Ce sont la façon qu'a une personne d'interpréter ce qu'elle voit et les comportements qu'elle adopte en conséquence qui déterminent son estime de soi et sa valorisation personnelle.

Que puis-je faire pour aider mon enfant qui souffre d'un trouble de l'alimentation?
Venir en aide à une personne aux prises avec un trouble de l'alimentation présente plusieurs défis. Les signes et symptômes sont souvent confondu pour ceux d'autres problèmes. Si vous craignez pour le bien-être de votre enfant, faites confiance à votre instinct.

Sachez que les personnes qui souffrent d'un trouble de l'alimentation mettent beaucoup d'efforts pour le cacher; c'est pourquoi les parents n'en voient souvent les signes que lorsque le trouble est à un stade avancé. Par conséquent, vous ne devez pas vous sentir coupables ou vous blâmer de ne pas avoir décelé le problème plus tôt.

Apprendre qu'une personne qui nous est chère souffre d'un trouble de l'alimentation peut être bouleversant et même terrifiant. Pour aider réellement un proche, il faut s'efforcer de comprendre ce qu'il vit et de trouver la meilleure façon de l'accompagner, et non essayer de contrôler son comportement et son problème. Voici quelques conseils sur la façon de venir en aide à un enfant qui souffre d'un trouble de l'alimentation :

  • N'oubliez pas que les troubles de l'alimentation peuvent être un signe de problème de santé mentale ou une stratégie d'adaptation inadéquate; évitez donc de vous concentrer uniquement sur les habitudes alimentaires.
  • Portez attention à vos propres pensées et comportements à l'égard de la nourriture et de l'image corporelle.
  • Donnez l'exemple - en adoptant une attitude saine et positive à l'égard de la nourriture et de l'image corporelle.
  • Essayez de ne pas réagir positivement ou négativement quand la personne parle de son corps. Par exemple, si elle dit « je suis tellement grosse », plutôt que de répondre « non », dites quelque chose comme « on dirait que tu te sens mal dans ton corps aujourd'hui. Est-ce qu'il s'est passé quelque chose à l'école? », puis, parlez de la situation avec elle.
  • Demandez l'aide d'un professionnel le plus tôt possible et accompagnez la personne tout au long du processus.
  • Demandez une aide professionnelle, pour vous et les membres de votre famille, pour vous aider et apprendre comment aider la personne.
  • Prenez soin de vous! Pour aider quelqu'un, il faut d'abord savoir s'occuper de soi.
Comment puis-je promouvoir une image corporelle positive et une bonne estime de soi chez mon enfant?

Bien que différents facteurs entrent en ligne de compte, les parents jouent un rôle de premier plan dans la relation qu'aura leur enfant avec son corps et peuvent l'aider à développer une image corporelle positive et une bonne estime de soi.

Donnez l'exemple
Comme parents, vous êtes les premiers modèles dans la vie de votre enfant, et les plus importants. Vous avez la difficile tâche de montrer l'exemple en ayant une attitude positive à l'égard de l'image corporelle, de l'alimentation et de l'exercice. Voici quelques conseils pour aider votre enfant à développer une image corporelle positive et une bonne estime de soi.

Pensez à votre propre image corporelle

C'est vous qui décidez de votre attitude à l'égard de votre corps et de son incidence sur vous. Voici quelques façons de recadrer votre perception :

  • N'oubliez pas que la santé et l'apparence sont deux choses distinctes.
  • Prenez conscience qu'une certaine silhouette ou un certain poids ne feront pas de vous une personne plus heureuse et épanouie.
  • Essayez de ne pas juger les gens - y compris vous - en fonction de leur poids, de leurs habitudes alimentaires ou de leur niveau d'activité physique.
  • Valorisez qui vous êtes plutôt que votre apparence. Apprenez à aimer votre personnalité, vos forces, vos réalisations et vos talents.
  • Ne laissez ni vos sentiments à l'égard de votre poids ou de votre silhouette ni ce que vous mangez dicter votre journée.
  • Soyez critique à l'égard des [médias - hyperlien]. Demandez-vous si les messages véhiculés sur l'image corporelle sont sains ou réalistes. N'oubliez pas que c'est votre corps, et que c'est vous qui décidez de l'attitude que vous adoptez à son égard.

Améliorez votre propre image corporelle

Voici quelques conseils pour améliorer votre image corporelle :

  • Si vous vous sentez mal dans votre peau, parlez-en avec quelqu'un en qui vous avez confiance, par exemple un ami, un membre de votre famille ou un professionnel de la santé.
  • Dressez la liste des forces, des talents et des qualités que vous possédez et que vous aimez.
  • Entourez-vous de gens qui vous aident à vous sentir mieux dans votre peau et qui vous soutiennent, et passez du temps avec eux.
  • Trouvez l'équilibre entre l'atteinte de vos objectifs santé et votre vie personnelle. Misez sur une alimentation saine, l'activité physique et le fait de vous sentir bien dans votre peau.
  • Pratiquez des activités physiques que vous aimez. Vous aurez ainsi plus de chance de persévérer. Surtout, faites-le pour le plaisir et non pour perdre du poids.
  • Portez des vêtements qui reflètent votre style et dans lesquels vous vous sentez à l'aise.
  • Ayez une posture fière et ayez confiance en la personne que vous êtes.
  • Posez un geste positif chaque jour.
  • Trouvez la beauté en vous et chez les autres.
Culture médiatique
Les médias exercent une forte influence sur la vie des enfants et des adolescents. Les films, la télévision, les jeux vidéo, la musique, les magazines et tous les autres contenus médiatiques façonnent leur vision du monde. En limitant l'exposition de votre enfant aux médias, vous pourrez contrôler les messages qu'il reçoit sur ce qu'est un corps en santé.

Voici quelques idées pour vous aider à limiter la quantité d'images malsaines auxquelles votre enfant est exposé dans les médias :

  • Choisissez des chaînes de télévision ou des services sans publicité ou enregistrez les émissions pour pouvoir sauter les messages publicitaires lorsque votre enfant est avec vous.
  • Optez pour des magazines présentant des enfants et des adolescents en santé ayant une silhouette réaliste, ainsi que des activités qu'ils aiment faire.
  • Regardez la télé, lisez des magazines et allez sur Internet avec votre enfant et expliquez-lui que les entreprises ont recours aux retouches à l'aérographe, au flou artistique, au montage par ordinateur et au maquillage pour que les mannequins - dont certains ont eu des chirurgies esthétiques - aient une certaine apparence.
  • Enseignez à votre enfant à s'interroger sur les médias et à se demander pourquoi certaines caractéristiques sont considérées comme attrayantes et d'autres, non.
  • Portez attention à ce que vous regardez ou lisez, et aux jeux auxquels vous jouez quand votre enfant est à proximité. Même si le contenu vous semble adéquat, le fait de voir beaucoup d'images corporelles malsaines ou irréalistes peut influencer la perception et le comportement de votre enfant.
  • Installez les téléviseurs, les ordinateurs et les jeux vidéo dans une salle commune et non dans une chambre. Vous pourrez ainsi voir les images auxquelles votre enfant s'expose et savoir si elles sont positives.

En montrant à votre enfant que les mannequins qu'il voit dans les médias présentent une image malsaine, irréaliste et souvent impossible à reproduire, vous le rendrez moins susceptible d'adhérer à cette norme en matière d'apparence.

Conseils généraux
  • Donnez l'exemple en ayant vous-même une bonne estime de soi et une image corporelle positive. Votre enfant verra ainsi tout ce que le corps peut accomplir. Le fait pour vous d'adopter un mode de vie sain, de faire de l'activité physique, de bien manger et de vous sentir bien dans votre peau aidera votre enfant à résister aux pressions l'incitant à faire de l'exercice en abondance et à suivre un régime extrême.
  • Établissez une relation solide avec votre enfant; la bonne communication et la baisse des tensions familiales l'aideront à développer une image corporelle positive. Vous pourrez aussi lui poser des questions sur ce qu'il ressent et savoir ce qui se passe dans sa vie.
  • Encouragez votre enfant à faire de l'activité physique. Être actif joue un rôle important sur l'estime de soi sur le plan physique, soit l'attitude d'une personne à l'égard de l'exercice. Un adolescent qui fait de l'activité physique pour améliorer sa santé plutôt que pour perdre ou gagner du poids est plus susceptible d'avoir une image corporelle positive. Il pourra alors apprécier ce que son corps peut faire plutôt que de s'attarder à ce que les autres en pensent.
  • Aidez votre enfant à développer et à valoriser ses forces et ses aptitudes dans différents volets de sa vie. Par example, inscriver le dans des activités parascolaire comme une classe d'art, d'arts martiaux ou de yoga. Vous l'aiderez ainsi à savoir qui il est au-delà de son apparence. 
Ressources

 

 

 

 

Avez-vous d'autres questions?

  • Communiquez avec une infirmière en santé publique. Contactez le centre d'information santé publique Ottawa au 613-PARENTS [613-727-3687] (ATS : 613-580-9656) ou par courriel à EtreParentaOttawa@ottawa.ca

 

 

 

 

 

 

 

 

Contactez Nous