Alimentation des tout-petits d’un à trois ans

Une alimentation saine est importante pour que votre enfant puisse grandir, se développer et apprendre. En tant que parent, vous pouvez vous demander sil mange suffisamment daliments sains. Ces pages contiennent des conseils sur une alimentation saine pour votre famille et votre enfant.  

Que doivent manger les tout-petits?

Le Guide alimentaire canadien sapplique-t-il aux tout-petits? 
Oui! À partir dun an, les jeunes enfants commencent à avoir un horaire régulier de repas et de collations, et suivent généralement les conseils indiqués dans le Guide alimentaire canadien. Les aliments proposés dans le Guide alimentaire canadien constituent des choix sains pour les personnes de tous âges.  

Mais… les jeunes enfants peuvent avoir un petit appétit, il est donc important dinclure des aliments contenant de bons gras dans la plupart des repas et des collations. Cela les aidera à gagner suffisamment dénergie et de graisse pour leur croissance et leur développement. Il est également important de proposer des petits repas et des collations à des moments réguliers de la journée. Les jeunes enfants ont un petit estomac, ils peuvent donc avoir besoin de manger plus souvent que les adultes. À 12 mois, vous pouvez penser à proposer trois repas et deux à trois collations par jour. Si vous allaitez, vous êtes encouragée à poursuivre lallaitement à point nommé pendant deux ans et plus. Si vous nallaitez pas, ou si vous êtes en train de sevrer votre bébé, vous pouvez lui donner 500 ml par jour de lait de vache homogénéisé (3,25 % M.G.)* aux repas et aux collations.  

*Le lait de vache homogénéisé (3,25 % M.G.) est le seul lait systématiquement recommandé pour les enfants de moins de deux ans.  

Quelle quantité les tout-petits doivent-ils manger? 

Il n’y a pas de quantité « exacte » d’aliments qu’un tout-petit doit manger, et puisqu’ils ont une petit estomac,il ce peut qu’il ne mangent pas beaucoup à la fois. C’est pourquoi il est important d’offrir des petits repas et collations au fil de la journée. Vers l’âge de 12 mois, vous pouvez offrir 3 repas et 2 à 3 collations par jour.  

Le lait maternel ou le lait de vache homogénéisé (3,25 % M.G.) continue de fournir une quantité importante des calories pour un jeune enfantà 12 mois (environ un tier pour être exact). Il est important de continuer d’allaiter à la demande ou à donner du lait de vache aux repas et aux collations avec des aliments sains indiqués dans le Guide alimentaire canadien 

L’appétit de votre bambin va varié de jour à jour dépendant de leurs poussés de croissance, la peur d’essayer quelque chose de nouveau, ou leurs émotions. Ça peut être difficile de voir que votre enfant ne mange pas beaucoup ou qu’il refuse carrément ce que vous leur proposer. Quand ceci arrive, ça peut être utile de se rappeler du« partage des responsabilités dans l’alimentation ».

L’adulte est responsable du choix des aliments proposés et du moment où ils le sont, et que l’enfant choisit la quantité qu’il veut manger.Cela étant dit, si vous êtes préoccupé par la croissance et le développement de votre enfant, veuillez consulter votre médecin.  

Pour obtenir de plus amples renseignements sur la façon dont vous pouvez aider votre enfant à développer une relation positive avec la nourriture, veuillez lire les sections suivantes sur cette page.

Idées de dîners et collations santé

Idées de dîners sains :
• Sandwich roulé au beurre de noix et à la banane, bâtonnets de concombre et verre de lait
• Sandwich au fromage sur pain de blé entier, tomates en cubes et un verre d’eau
• Restes de salade de pâtes (nouilles de blé entier, poulet grillé ou pois chiches, poivrons verts, maïs) et un verre de lait
• Stir-fry de tofu et légumes avec riz brun et verre de lait
• Craquelins blé entier, tranches de concombres et tomates cerise, cubes de fromage, banane et verre d’eau

Idées de collations saines :
• Yogourt entier et fruits
• Petit muffin avec une pomme
• Craquelins blé entier, houmous et raisins
• Céréale-O et tranches de mandarines
• Galettes de riz avec beurre d’arachide finement étalé et bleuets
• Smoothie avec fruits surgelés, bananes et yogourt entier

Pour des recettes et d’autres idées sur la façon d’impliquer vos enfants dans la cuisine :
• Des suggestions simples et rapides pour les lunchs (Découvrez les aliments)
• Collations santé (Guide alimentaire canadien)
• Recettes pour le déjeuner, le dîner, le souper et les collations (Guide alimentaire canadien)
• Recettes saines (Santé publique Ottawa)
• Vidéos de cuisine – burgers aux fruits de mer, macaroni au fromage, riz frit aux légumes et chili végétarien (Santé publique Ottawa)
• Visez la moitié pour votre santé!
• Une saine alimentation à l’école (Guide alimentaire canadien)
• Faites participer les enfants à la planification et à la préparation des repas (Guide alimentaire canadien)

Faciliter le choix des repas et des collations saines

Planifier que quelques repas et collations par semaine permet de réduire une grande partie du stress. Cela peut également contribuer à ce que votre famille ait une alimentation plus équilibrée et plus saine. Examinez votre emploi du temps de la semaine, déterminez les soirées les plus achalandées et préparez-les à l’avance. Ces petites astuces peuvent vous faire gagner beaucoup de temps!

Astuces pour la préparation des repas rapides :

• Faites participer vos enfants à la planification et à la préparation des repas et des collations. Ils seront plus enclins à manger la nourriture.
• Lorsque vous avez plus de temps en fin de semaine, préparez un plat en casserole. Précuisez certaines viandes et congelez-les. Vous pouvez également cuire certaines céréales comme le riz et le quinoa et les congeler en quantité suffisante.
• Préparez vos ingrédients pour une recette à la mijoteuse la veille au soir. Préparez-la le matin même et revenez à la maison pour trouver un repas chaud et prêt à être consommé. Lorsque vous préparez les repas, doublez la recette pour le repas de la semaine suivante.
• Préparez les muffins préférés de votre enfant ou des barres énergétiques faites maison. Congelez-les individuellement pour une collation rapide dans la boîte à lunch, ou après l’école ou avant et après une activité.
• Préparez et coupez vos légumes à l’avance. La même chose fonctionne pour les fruits plus gros comme le cantaloup ou d’autres melons. Placez-les dans des récipients individuels pour des collations prêtes à emporter. Vous pouvez ajouter un yogourt individuel ou du houmous pour compléter la collation.
• Coupez du fromage en tranches et emballez-les individuellement. Ajoutez quelques craquelins et vous avez une autre collation!
• Réservez un tiroir ou une zone du réfrigérateur pour les collations froides. Faites de même pour un tiroir dans la cuisine pour vos récipients ou pour vos collations non réfrigérées.
Pour plus d’information sur la planification des repas :
• Budget alimentaire pour tous (Santé publique Ottawa)
• 7 étapes pour planifier des menus rapidement et facilement (Découvrez les aliments)
• Planification des repas en 4 étapes (Guide alimentaire canadien)

Les enfants nont pas besoin de boissons contenant des sucres ajoutés. 

Leau et le lait sont les meilleures boissons pour les enfants. Même un jus de fruit non sucré à 100 % reste une boisson sucrée. Les boissons sucrées sont peu nutritives pour les corps en pleine croissance et peuvent provoquer des caries et une érosion dentaire. Elles peuvent également remplir lestomac des enfants et remplacer les boissons, les collations et les repas sains. Si consommé quotidiennement, cela peut entraîner de mauvaises habitudes alimentaires, une diminution de l'apport en nutriments et un risque accru d'obésité et d'autres problèmes de santé chroniques évitables.

Quel type de lait doit boire un tout-petit

Le lait de vache homogénéisé (3,25 % M.G.) est le seul lait systématiquement recommandé pour les enfants de moins de deux ans. Les boissons à base de plante ne doivent pas être utilisées comme principale source de lait pour un enfant de moins de deux ans. Si votre enfant suit un régime à base de plantes, veuillez consulter le médecin de votre enfant ou un diététiste professionnel pour trouver un substitut approprié au lait de vache. Au-delà de deux ans, les options de lait saines comprennent le lait de vache et les boissons à base de plante enrichies non sucrées. Donnez à votre enfant 500 ml de lait tout au long de la journée, aux repas et aux collations. Entre les repas et les collations, donnez-lui de leau. Boire du lait entre les repas peut remplir leur estomac et diminuer leur appétit à lheure des repas.  

Pour plus d’information au sujet du lait pour les jeunes enfants :  

Enfants difficiles à table et création dune relation saine avec la nourriture

Pourquoi certains enfants font la « fine bouche » 

Une alimentation saine ne s’arrête pas à ce que lon mange. Il sagit également de la relation que nous entretenons avec la nourriture. En tant que parent, vous jouez un rôle important pour aider votre enfant à construire une relation saine avec la nourriture. Vos actions et la façon dont vous parlez de la nourriture peuvent contribuer à donner à votre enfant des habitudes alimentaires saines pour toute sa vie.  

« Faire la fine bouche » est un phénomène normal chez les tout-petits. Votre enfant peut refuser les aliments que vous lui proposez pour plusieurs raisons. Noubliez pas que vous êtes là pour longtemps et que votre réaction fera toute la différence.  

Les enfants naissent avec la capacité de réguler leur faim et leur satiété. La façon dont nous parlons de la nourriture avec nos enfants et la quantité de marketing alimentaire à laquelle nous sommes exposés peuvent diminuer la capacité dun enfant à réguler lui-même sa faim. Le rôle des parents est dêtre attentifs aux signaux de faim et de satiété de leur enfant afin déviter de le sous-alimenter ou de le suralimenter. Cette façon de nourrir votre enfant peut laider à réguler lui-même son appétit plus tard dans la vie, à maintenir un poids sain et à avoir une relation saine avec la nourriture.  

Les enfants peuvent être sélectifs (difficiles) pour les raisons suivantes : 

  • La croissance Lappétit des enfants change au fur et à mesure quils grandissent. Ils peuvent donc avoir faim à un moment donné, mais être rassasiés et refuser de manger à un autre moment.  

  • La peur dessayer de nouvelles choses Rappelez-vous quil y a beaucoup de choses que vous avez vues ou essayées auparavant et que votre enfant na pas connues. Les enfants peuvent éviter certains aliments parce quils ne les connaissent pas.  

  • Les émotions Les enfants peuvent ne pas avoir envie de manger en raison de leur humeur (p. ex. sils sont en colère ou tristes) 

Il ny a pas de quantité « exacte » daliments quun tout-petit doit manger. Lorsque vous êtes confronté à un « enfant difficile à table », noubliez pas le partage des responsabilités. 

Qu’entend-on par caprices alimentaires « normaux »?

Tout d’abord, il est très commun que les nourrissons, les enfants d’âge préscolaire et les enfants fassent la fine bouche, et c’est également un phénomène normal! La plupart des parents qui croyaient avoir des enfants difficiles avaient plutôt des enfants dont l’appétit et les habitudes alimentaires étaient tout à fait normaux pour leur âge. Voici des conseils pour vous aider à gérer les caprices alimentaires à la maison. 

On parle de caprice alimentaire quand :  

  • un enfant a moins d’appétit que d’habitude; 

  • un enfant démontre une préférence évidente pour certains aliments et une aversion pour d’autres;  

  • un enfant souhaite manger les mêmes aliments à répétition.  

Bon, c’est normal, mais que pouvez-vous faire pour aider votre enfant à manger une plus grande variété d’aliments ?  

  • Les parents peuvent se reporter au partage des responsabilités pour se sentir confiants à prendre des décisions au moment des repas. Cette approche souligne que l’adulte est responsable de déciderquels aliments sont servis ainsi que lu lieu et le moment des repas, tandis que l’enfant décide s’il veut manger et en quelle quantité.L’adulte doit offrir des repas et collations à des heures régulières à chaque jour afin que l’enfant puisse se sentir sécure dans leur rôle de gérer leur appétit 

  • Consultez la section « conseils pour aider votre enfant à essayer de nouveaux aliments ».  

  • Ne sous-estimez pas le pouvoir d’être un modèle positif; les enfants sont toujours en train de regarder et d’écouter ce que nous faisons et disons.  

  • Faites participer vos enfants à la préparation des repas en leur confiant des tâches appropriées pour leur âge. 

Le partage des responsabilités pour créer une saine relation avec la nourriture  

Le partage des responsabilités explique quels sont les rôles de ladulte et de lenfant pendant les repas et les collations. Les enfants ont la capacité naturelle de savoir de quelle quantité leur corps a besoin pour grandir. Ils peuvent ressentir la faim et la satiété. Cela signifie que vous pouvez faire confiance à votre enfant pour manger la bonne quantité.  

Si vous laissez votre enfant suivre sa capacité naturelle à reconnaître les signaux de faim, il deviendra un mangeur attentif à lâge adulte. 

Les adultes décident: 

Quoi (ce qui est servi) 

Proposez une variété de légumes et de fruits, d’aliments protéinés et de produits à grains entiers à chaque repas et collation. 

Quand  

Aux heures régulières des repas (les enfants ont besoin de 3 repas et de 2 ou 3 collations par jour) 

Bien que votre enfant puisse ne pas choisir de manger à ces heures, il est de votre responsabilité de respecter l’horaire. Une façon de développer de bonnes habitudes alimentaires est de distribuer les repas à des heures fixes, ce qui contribuera à stimuler et à réguler l’appétit de l’enfant. 

 

À la maison et à table, autant que possible  

Manger à table favorise l’acquisition d’habitudes alimentaires saines et signale à l’enfant qu’il est l’heure de manger. 

Les enfants décident: 

S’ils veulent manger  

S’ils choisissent de ne pas manger, essayez de ne pas leur mettre la pression. Au lieu de cela, vous pouvez leur rappeler que le prochain repas/collation aura lieu à l’heure habituelle (par exemple : « Tu n’as pas besoin de manger ta collation, mais le prochain repas sera le dîner de midi »). 

La quantité qu’ils veulent manger  

Ne faites jamais pression sur votre enfant pour qu’il mange plus ou moins. Rappelez-vous que les enfants sont capables de savoir s’ils ont faim ou s’ils sont rassasiés, alors faites confiance à leur instinct. 

Évitez dutiliser la nourriture comme une récompense ou une punition 

Récompenser votre enfant avec des friandises peut lui faire croire que ces aliments sont excitants et que les autres sont ennuyeux. Cela peut aussi leur apprendre à vouloir une friandise chaque fois quils font quelque chose de « bien ». Cela peut entraver leur capacité naturelle à écouter leur estomac. Les enfants mangeront la bonne quantité daliments dont leur corps a besoin.

Essayer des récompenses non alimentaires pour célébrer avec votre enfant : 

  • Autocollants 

  • Craie  

  • Nouveau livre  

  • Pailles aux formes amusantes 

  • Livres de coloriage  

  • Faire une activité spéciale ensemble  

Restreindre la nourriture pour discipliner votre enfant peut lamener à craindre de ne pas avoir assez à manger. Pour cette raison, votre enfant peut essayer de manger dès quil le peut. Si vous supprimez les « friandises » pour punir un mauvais comportement, votre enfant risque davoir encore plus envie de ces aliments.

Exemples de comportement puni par la nourriture :  

  • Ne pas autoriser votre enfant à prendre un dessert sil na pas nettoyé son assiette ou mangé ses légumes.  

  • Ne pas autoriser votre enfant à prendre sa collation du soir sil na pas rangé sa chambre. 

Lorsque votre enfant fait quelque chose de mal, pratiquez la discipline positive et gardez les mêmes repas. 

Maintenir lheure du repas sans pression

Plus vous mettez de pression sur votre enfant pour quil mange, plus il sera stressé par la nourriture. Par exemple, un enfant contraint de manger des brocolis peut ne plus en vouloir. Cela peut les amener à ne plus vouloir certains aliments sains au fur et à mesure quils vieillissent. Rappelez-vous quil peut falloir goûter un nouvel aliment jusquà 15 fois avant quun enfant ne laccepte, il est donc important dessayer dêtre patient.

Vous pouvez faire ce qui suit : 

  • Donnez-lui suffisamment de temps pour manger (en général, environ 15 minutes pour les collations et 20 minutes pour les repas).  

  • Acceptez sans pression les aliments quil veut ou ne veut pas essayer. 

  • Fournissez des collations et des repas réguliers afin quil ait dautres occasions de manger sil na pas faim au moment du une des repas.

Des conseils pour aider votre enfant à essayer de nouveaux aliments et repas

Que faire et ne pas faire dans un "moment d'enfant difficile à table": 

  • Évitez de faire quelque chose d’autre que vous savez que votre enfant va aimer.
  • Ne le poussez pas à manger ce qui lui est présenté en faisant du chantage ou en posant des conditions (par exemple : « Tu ne peux pas quitter la table avant d’avoir goûté une bouchée »).
  • Faites savoir à votre enfant que c’est ce qu’il y a pour le repas.
  • Dites-lui que ce n’est pas grave s’il refuse de manger, mais que le prochain repas/collation aura lieu à l’heure habituelle.  

Voici quelques conseils qui pourraient vous être utiles à aider votre enfant à être moins capricieux à table : 

  • Invitez les enfants à participer à la préparation des repas et des collations. Les enfants sont plus enclins à goûter des plats qu’ils ont aidé à préparer 

  • Préparez le même repas pour tous les membres de la famille et essayez d’inclure au moins un aliment que votre enfant aime.  

  • Soyez patient. Les enfants ont souvent besoin de goûter un nouvel aliment plus de 10 fois avant de l’accepter, alors n’abandonnez pas! Continuez à proposer une variété d’aliments, même si votre enfant les a refusés par le passé. 

  • Soyez un bon modèle. Si les enfants voient leurs parents et d’autres adultes manger une variété d’aliments sains, ils seront plus enclins à faire de même. 

  • Variez les modes de préparation. Les enfants ont tendance à aimer certaines textures plus que d’autres. Faites preuve de créativité dans la façon de préparer les aliments! 

  • Supprimez les distractions. La télévision, les livres, les jeux et les jouets à l’heure des repas et des collations peuvent amener les enfants à ne pas se concentrer sur leur nourriture. 

  • Faites découvrir aux enfants quelques nouveaux aliments chaque semaine. Cela les aidera à essayer de nouvelles choses et à se familiariser avec différents aliments. En leur permettant de planifier le menu de la semaine avec vous, vous pouvez les motiver à essayer de nouveaux aliments.  

  • Faites des repas en famille une priorité. Si un enfant choisit de ne pas manger, il peut quand même s’asseoir à table pendant le repas. De cette façon, il peut participer aux liens familiaux de qualité qui se créent pendant les repas.

Soyez un modèle positif 

Vous pouvez être un modèle positif en donnant lexemple. Le fait de nourrir son corps avec des aliments nutritifs et dêtre physiquement actif aide votre enfant à développer une estime de soi positive et une préférence pour les aliments nutritifs et un mode de vie actif 

Les enfants sont plus susceptibles de manger des légumes et des fruits colorés et dautres aliments et boissons sains lorsquils voient dautres personnes les manger et les apprécier. Les enfants sont toujours en train de regarder et découter. Ce que vous faites et dites peut avoir une impact important sur ce que votre enfant considère comme « normal ».  

Comment être un modèle positif :  

  • Encouragez les choix alimentaires sains en incluant une variété de légumes et de fruits colorés aux repas et aux collations. 

  • Essayez de ne pas parler des aliments que vous naimez pas. 

  • Laissez les enfants choisir ce quils veulent manger parmi les aliments sains proposés, montrez-leur comment dire poliment « non merci ». 

  • Nétiquetez pas les aliments comme « bons » ou « mauvais ». 

  • Ne faites pas de commentaires sur la taille, la forme ou lapparence de votre corps ou de celui des autres. Les corps sains se présentent sous différentes formes et tailles, et les corps sains sont différents pour chacun. 

  • Concentrez-vous sur les attributs positifs qui ne sont pas liés à lapparence, comme les attitudes, les efforts, les compétences, les talents et les capacités.  

  • Prenez des collations et des repas réguliers, en choisissant une variété daliments du Guide alimentaire canadien. 

Les enfants peuvent cuisiner!

Les petits chefs en cuisine  

Vous pouvez commencer à cuisiner avec vos enfants à tout âge. Les faire participer à la cuisine est un excellent moyen de transmettre les recettes familiales, de les aider à acquérir une compétence essentielle et de développer une relation positive avec la nourriture. 

 

Deux à trois ans 

Les très jeunes enfants aiment explorer avec leurs sens de la vue, du toucher, de lodorat, de louïe et du goût. Ils aiment aussi faire les choses par eux-mêmes. Essayez de laisser vos enfants : 

  • Laver les fruits et légumes dans lévier 

  • Ajouter des ingrédients aux plats (comme du tofu haché dans une casserole) 

  • Sentir les aliments, les herbes et les épices que vous utilisez 

  • Aider à trouver les ingrédients dans le réfrigérateur ou le placard 

  • Mettre des caissettes en papier dans les moules à muffins 

Certains enfants seront heureux de vous regarder cuisiner et de parler de ce que vous faites, et un chaudron vide sur le sol avec une cuillère permet doccuper leurs mains. Noubliez pas de poser beaucoup de questions sur ce quils préparent et qui sent si bon! 

 

Trois à quatre ans 

À cet âge, les enfants peuvent être plus intéressés à parler quà manger! Quoi quil en soit, la cuisine leur permet de continuer à sintéresser à la nourriture. Essayez de laisser vos enfants : 

  • Retirer les coquilles des œufs durs 

  • Verser à partir dun petit pichet ou dune tasse à mesurer 

  • Préparer un sandwich ou une pizza simple avec des ingrédients déjà apprêtés 

  • Décrire la couleur, le goût et la forme des aliments 

  • Écraser des patates douces, des navets, des carottes ou des bananes 

Pour obtenir de plus amples renseignements sur ce que vos enfants peuvent faire dans la cuisine :  

Les aliments à éviter et les risques détouffement 

Les aliments à éviter, risques d’étouffement et conseils de prévention 
Aliments à éviter 

Il est conseillé aux enfants de limiter les poissons à forte teneur en mercure. Le poisson fait partie dune alimentation saine et il existe de nombreux poissons à faible teneur en mercure, notamment la morue, le saumon et les sardines.  

Il est également conseillé aux enfants (et à tout le monde) de limiter la consommation daliments hautement transformés, car ils ne font pas partie de saines habitudes alimentaires. Ces aliments sont riches en sodium, en sucres ou en graisses saturées. Préparer les aliments avec des ingrédients sains ou choisir des options de menu plus saines sont des moyens de limiter la consommation daliments hautement transformés.  

Voici quelques exemples daliments à éviter : 

  • les viandes transformées comme les saucisses et les produits de charcuterie 

  • les boissons sucrées 

  • les sirops et les confitures 

  • les aliments-minute tels que les frites et les hamburgers 

Risques détouffement pour les enfants de moins de quatre ans 

  • Aliments durs  

  • Aliments petits et ronds 

  • Aliments solides lisses et collants 

En voici quelques exemples : 

  • Bonbons durs ou pastilles contre la toux 

  • Gomme 

  • Maïs éclaté 

  • Guimauves 

  • Noix entières 

  • Graines 

  • Poisson avec arêtes 

  • Hot-dogs 

  • Collations utilisant des cure-dents ou des brochettes 

Conseils pour prévenir les étouffements 

  • Attendez que votre enfant soit assis avant de lui donner à manger. Le fait de manger en jouant ou pendant que vous conduisez nest pas sûr. 

  • Nexposez pas votre enfant de moins de quatre ans à un des risques détouffement énumérés ci-dessus. 

  • Pour les aliments ronds et mous, coupez-les en deux dans le sens de la longueur. Ensuite, coupez-les en plus petits morceaux. 

  • Faites cuire ou râpez les légumes durs comme les carottes. Pelez et coupez les fruits en petits morceaux. 

  • Faites des beurres de noix moins collants. Tartinez finement les beurres de noix ou mélangez-les à de la compote de pommes ou à des céréales pour nourrissons

 

 

 

 

Vous voulez parler avec un(e) diététiste professionnel(le)? 

Appelez ConnexionSanté Ontario et demandez de parler à un(e) diététiste. Disponible du lundi-vendredi 9h-17h au 811 (TTY: 1-866-797-0007) ou via l’outil de clavardage en ligne. 

 

 

 

 

 

 

Contactez Nous